PNG - 57 ko
italiano | français | Español | English

LA COMMEDIA DELL’ARTE

Avant de s’appeler Commedia dell’Arte, ce genre a été nommé Commedia Zannesca, Commedia Improvvisa, Commedia Mercenaria (mercenaire=rétribuée=professionnelle), Commedia Italiana. Il y a bien d’autres dénominations, mais toutes, ensemble, tendent à synthétiser les significations plus importantes : Zannesca=populaire ; Arte, Mercenaria=professionnelle ; Improvvisa=déterminée par les acteurs ; Italiana=provenance, goût, rythme.

Le tout produit un genre. Ce genre ne se détache pas de sa nature, qui est le théâtre : la Commedia dell’Arte est du théâtre ; professionnelle à sa naissance elle a besoin d’organisation et organise tout dès ses débuts : la Compagnie, les spécialisations de chacun (les Types Fixes), la structure dramaturgique (qui ne bouge pas pendant des siècles jusqu’à aujourd’hui) ; la Commedia dell’Arte organise le lieu du spectacle, elle organise le public, elle organise le système rétributif en inventant le principe du « billet », qui à l’origine était la location d’un siège.

JPEG - 78.4 ko
Pulliciniello e Signora Lucretia, i Balli di Sfessania, Jacques Callot 1592–1635

La Commedia dell’Arte parle de gens réelles, prises dans des situations réelles, avec un style hautement spectaculaire : c’est le grand spectacle de la vérité collective, de nous tous.

Par Commedia dell’Arte, nous entendons le genre comique en général. Toutefois, « Commedia dell’Arte » est plutôt une expression qui synthétise un système productif qui rassemble des genres différents : comico-poétiques comme la Pastorale (bucolique), la Boschereccia (sylvestre), la Marinaresca (maritime), la Piscatoria (halieutique) ; épiques comme l’Opera Epica (oeuvre épique) ; tragiques comme l’Opera Tragica (oeuvre tragique).